Art-thérapie

Art-thérapie| principes et bienfaits

Art-thérapie : la création artistique au service du mieux-être

 

Art-thérapie : ce terme est composé de deux mots qui nous sont familiers. Pourtant cette discipline recouvre une réalité spécifique. Ce n’est ni un atelier d’art ni une psychothérapie. Rattachée désormais au champ de la médecine, l’art-thérapie se présente comme un protocole basé sur le processus de création. De la peinture à la danse, en passant par le modelage ou le théâtre, l’art-thérapie invite le patient à explorer ses potentiels créatifs pour symboliser sa problématique. Définition, bienfaits et spécificités : zoom sur l’art-thérapie, le soin par la pratique artistique.

 

Art-thérapie : de quoi parle-t-on ?

 

Art-thérapie traditionnelle et art-thérapie moderne : les différences

Art-thérapie

Sous l’appellation art-thérapie se cachent deux approches différentes : l’art-thérapie traditionnelle et art-thérapie moderne.

La première est une psychothérapie qui utilise la création artistique comme support d’expression. Lors d’une séance d’art-thérapie traditionnelle, le patient est invité à exprimer sa souffrance à travers le médium artistique. L’art-thérapeute est ici un interprète : il analyse la production, le processus de création ainsi que le discours qui s’y associe. Ainsi, les praticiens qui travaillent selon ce modèle sont des thérapeutes (psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, éducateur, etc.) qui se spécialisent en médiation artistique.

L’art-thérapie moderne n’est pas une psychothérapie mais une discipline à part-entière.

Tout comme le psychomotricien ou l’orthophoniste, l’art-thérapeute moderne est formé spécifiquement pour exercer son expertise et mener le patient vers un mieux-être. Ce professionnel intervient principalement dans le cadre d’une prescription médicale, souvent au sein d’une équipe et d’une structure d’accueil (service hospitalier, centre social, maison de retraite, etc.). Ici, le thérapeute n’interprète pas mais exploite les effets positifs de l’esthétique et de la création artistique sur le patient. C’est la partie équilibrée de la personne en souffrance qui est ici valorisée et qui profite des bienfaits de l’art-thérapie.

Pour résumer, l’art-thérapie traditionnelle est une spécialité qui relève de la psychologie, tandis que l’art-thérapie moderne est une discipline qui s’inscrit dans le cadre de la médecine. Dans les deux cas, il faudra veiller à choisir un professionnel qui présente une qualification reconnue (Master, DU ou certificat professionnel RNCP). Bon à savoir : l’art-thérapie moderne est celle qui est la plus pratiquée aujourd’hui. C’est de cette dernière dont nous parlerons dans cet article.

Les principes de l’art-thérapie moderne

L’art-thérapie est un accompagnement thérapeutique d’individus en souffrance par la « stimulation des capacités créatrices », selon les mots de Jean-Pierre Royol, docteur en psychologie et art-thérapeute. Cet accompagnement s’appuie sur des arts divers, tels que la peinture, le théâtre ou la musique. Le but ? Permettre à ces personnes de passer par le symbolique pour aller vers un « mieux-être ». Jean-Pierre Klein, psychiatre et fondateur de l’Inecat (Institut national d’expression, de création, d’art et transformation) propose les précisions suivantes :

  • L’art-thérapie ne vise pas nécessairement un objectif de guérison précis. Ce n’est pas une psychothérapie au sens traditionnel.
  • L’art-thérapie est plus qu’une expression du mal-être : elle appelle à la symbolisation, à la transformation de la problématique du patient en richesse intérieure.
  • L’art-thérapie est une vraie relation à la matière : collage, dessin, théâtre, peinture, etc. De cette confrontation émerge la force de vie.

Ainsi, un des bienfaits de l’art-thérapie consiste à se réapproprier un espace créatif. « Le but pour la personne n’est pas de se débarrasser de ce qui la gêne mais de le transformer en création de soi-même. » conclut le psychiatre. D’une base connue (le passé du patient), l’art-thérapie peut mener vers ce qui n’est pas encore, dans un mouvement dynamique et imprévisible. De ce mouvement naît le désir de guérison.

Focus sur art-thérapie et peinture

art-thérapie

Quelle que soit la discipline choisie, l’objectif de l‘art-thérapie n’est pas de produire une œuvre d’art au sens strict. Si le médium retenu est la peinture, il n’y aura pas d’évaluation esthétique de la production. Le sens réside ici dans l’action et la confrontation avec la matière.

 

La peinture en art-thérapie permet en effet d’allier différents langages :

  • celui du corps, de la main qui trace, effleure, appuie ;
  • celui de la couleur, qui  remplace les mots et exprime des émotions profondes ;
  • celui du symbole : par la création, le patient peut faire émerger des motifs qui se rattachent à son histoire individuelle.

 

Entre celui qui peint et sa toile, c’est un dialogue qui s’amorce, dans un processus de transformation mutuel. Ainsi figurés, les troubles, les émotions et les difficultés perdent de leur puissance pour permettre un développement des potentialités de l’individu qui crée.

 

Art-thérapie : quels bienfaits ?

Se (re)valoriser et retrouver l’envie de guérir

L’art-thérapie implique de produire et de créer. Par conséquent, le patient se forge ou retrouve une représentation positive de soi. En effet, s’engager volontairement dans un processus de création restaure la confiance en soi. Quant à l’estime de soi, c’est-à-dire la reconnaissance de sa propre valeur, elle prend vie directement dans la pratique artistique. Ces bienfaits sont particulièrement flagrants pour les personnes en rupture sociale ou en proie à des souffrances psychologiques et relationnelles. L’art-thérapie redonne l’envie au sujet de se battre contre ce qui l’entrave et l’empêche d’évoluer.

Soulager une souffrance physique

Des séances régulières d’art-thérapie peuvent aussi aider à soulager des douleurs liées à une maladie ou un handicap moteur. Ainsi, cette discipline tend à trouver sa place dans des services d’oncologie (cancer) ou de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaque. Certains patients ayant bénéficié d’un cycle d’art-thérapie ont souligné l’engagement et la concentration nécessaires à la réalisation de la tâche. Cette concentration a permis de mettre la douleur à distance.

Soulager une souffrance psychique

Enfin, l’art-thérapie agit sur la souffrance psychique. Qu’il s’agisse d’un individu bousculé par des difficultés psychologiques passagères ou plus profondes, la médiation par l’art permet une remise en mouvement. Qui peut en bénéficier ? :

  • personnes ayant des troubles du comportement, des angoisses, un stress envahissant (ex : phobies) ;
  • personnes en deuil, en transition affective ou professionnelle ;
  • personnes souffrant de troubles psychiatriques tels que la toxicomanie ou l’addiction ;
  • personnes souffrant d’un traumatisme (violences familiales, guerre, deuil, etc.) ;
  • personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ;
  • personnes relevant du spectre autistique.

Art-thérapie : pourquoi choisir cette approche ?

S’exprimer sans les mots

 

Art-thérapie

L’art-thérapie prodigue ses bienfaits à travers l’objet artistique matériel (collage, sculpture, peinture) ou immatériel (chant, danse, théâtre). Contrairement à des psychothérapies basées sur la parole, la symbolisation dans l’action artistique permet de laisser advenir des transformations parfois inattendues. Ce n’est pas par hasard si le dessin a été introduit par les psychiatres et les psychanalystes dans les protocoles de soin des enfants. Avec ces derniers, se contenter de la parole, c’est passer à côté d’informations essentielles. Ainsi, l’art-thérapie semble judicieuse pour les jeunes ainsi que pour tous ceux qui ne sont pas à l’aise avec les mots et/ou la langue. Elle s’avère être une bonne solution aussi pour ceux qui parlent facilement, mais dont l’aisance verbale les empêche d’aller plus en profondeur dans l’exploration de soi.

La création artistique : une pratique ludique

La dimension ludique de l’art-thérapie permet aux plus récalcitrants de s’engager. Étant donné qu’aucune compétence artistique préalable n’est requise et que l’objectif n’est pas de créer une « belle » œuvre, le patient est libre de plonger au cœur de sa propre créativité. Découverte, exploration et spontanéité sont les maîtres-mots.

Un accompagnement sur-mesure

Que ce travail soit poursuivi en groupe ou de manière individuelle avec un praticien, l’art-thérapeute prendra soin de choisir le médium adapté à chaque situation. De même, le déroulé des séances sera orienté par la production du patient et ce qu’elle dit de son cheminement. Ainsi, le professionnel doit faire montre d’écoute, d’empathie, de bienveillance pour réajuster constamment le parcours de soin à l’évolution du patient. Il accompagne une transition, sans figer la dynamique d’exploration de la personne soignée pour lui redonner goût à la vie.

Les nombreux bienfaits de l’art-thérapie sont donc accessibles à  tous, quels que soient l’âge et la gravité de la problématique. Elle favorise la mise à distance de la souffrance, elle ranime les potentiels créatifs et ce faisant, permet un cheminement intérieur vers une transformation positive. L’art-thérapie ne guérit pas mais elle amorce une transition, une réappropriation par le sujet de ses forces de vie et de la volonté de se battre pour son mieux-être.

Lisez aussi notre article : Comment devenir art-thérapeute ? Nos conseils

Auteure : Emeline Trillot             

Sources : www.cairn.info

www.cairn.info/revue-cahiers-de-gestalt-therapie-2007

art-therapie-tours

Art Therapie Le Village

www.centreleonberard.fr

                                            

Donnez votre avis